Rapaces

Les oiseaux de proie exercent souvent une sorte de fascination sur nous. La beauté de chaque espèce, le regard profond, l’élégance de la silhouette et, pour quelques uns, la taille impressionnante, font de ces oiseaux les rois du ciel.

 

 

Lien vers l'album : rapaces

23 03 2017 176

Sources : Wikipédia - http://pictographe.blogspot.fr/2009/07/les-rapaces-en-france.html - http://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-rapaces-oiseaux-fascinants-617/page/11/

Rapace, ou oiseau de proie, est un nom vernaculaire ambigu qui désigne un oiseau carnivore, au bec crochu et tranchant et possédant des serres. Les rapaces ont généralement une vue remarquable, de plus certaines espèces ont, chose peu commune pour les oiseaux, un bon odorat.

Il existe deux grandes familles de rapaces diurnes : 

  • les Accipitridés : milans, vautours, busards, éperviers, autours, buses, aigles ;
  • les Falconidés : les faucons 

 

La famille principale des rapaces nocturnes est celle des Strigidés : chouettes et hiboux.

Malgré leurs ressemblances physiques et leur façon de chasser commune, les rapaces diurnes et nocturnes n'ont aucun lien de parenté.

En Europe, ce sont la Russie d’Europe (33 espèces nicheuses de rapaces diurnes et nocturnes) et l’Ukraine (29 espèces nicheuses) qui accueillent encore le plus grand nombre de rapaces nicheurs pour tout l'Ouest paléarctique.

La Francce a également une grande responsabilité en matière de conservation de la nature pour ces espèces, car si de nombreuses espèces y ont fortement régressé ou ont localement disparu, la France métropolitaine accueille encore plus de 60 % des espèces de rapaces nicheurs en Europe (25 espèces sur 40, dont 23 nicheuses régulières), soit le plus grand nombre d'espèces nicheuses d'Europe de l’Ouest après l’Espagne, qui en compte elle 26 espèces.

  • 75 % des rapaces diurnes d’Europe occidentale se reproduisent sur le territoire français.
  • Sur 23 espèces de nicheurs réguliers en France métropolitaine, sept sont considérées comme très rares (moins de cent couples) et quatre n’excèdent pas 2 000 couples. 

 

Les rapaces en tant que prédateurs supérieurs sont très sensibles à la présence et aux variations d’abondance des proies ou de leurs cadavres (dans le cas des rapaces charognards). Parce qu'ils sont, situés au sommet de la « pyramide alimentaire », ils sont également sensibles aux taux de polluants ou contaminants bioaccumulés par leurs proies. Les pesticides et métaux lourds sont des causes importantes de disparition ou régression de nombreuses espèces de rapaces. Pour ces raisons, ils sont considérés comme de bons bio-indicateurs de l’état de leur environnement et de son évolution.

Un certain nombre de rapaces maintiennent et défendent un territoire mais il y a tolérance quant au secteur de chasse, ce qui permet son exploitation commune, et la concentration des nicheurs en des points. Chez des espèces sociables, on assiste à la formation de colonies : vautours fauves, milans noirs, faucons kobez et faucons crécerellettes. Le nid, lui, est toujours défendu.

Les rapaces sont monogames. Des parades nuptiales précèdent souvent l'accouplement. Hormis les faucons, ce sont des bâtisseurs de plus ou moins grandes aires de branchages aplaties, les busards nichent à terre.

Les œufs sont peu nombreux et la ponte varie si la nourriture est sujette à fluctuations. L'incubation est longue, un mois chez les espèces moyenne. La femelle s'occupe du nid, se réserve presque toute l'incubation et les soins de l'élevage, le mâle est plutôt pourvoyeur.

Les populations de grands rapaces n'ont cessé de diminuer en France depuis le XVIIIe siècle. Les causes de ce déclin sont multiples.

  • la chasse avant (et peut-être après) les lois sur la protection des rapaces vers 1960 ;
  • la pose d'appâts empoisonnés pour tuer les ours et les loups, mangés par des rapaces 
  • la diminution et la modification de l'activité pastorale ;
  • le prélèvement des œufs pour la fauconnerie ;
  • les pesticides et autres produits phytosanitaires ;
  • la circulation automobile, surtout pour les rapaces nocturnes.

 

Classement des rapaces de France
DIURNES :
Bondrée apivore - Elanion blanc - Milan noir - Milan royal - Pygargue à queue blanche - Gypaète barbu - Vautour percnoptère - Vautour fauve - Vautour moine - Circaète Jean-le-Blanc - Busard des roseaux - Busard Saint-Martin - Busard pâle - Busard cendré - Autour des palombes - Epervier d’Europe - Buse variable - Buse pattue - Aigle pomarin - Aigle criard - Aigle des steppes - Aigle impérial - Aigle ibérique - Aigle royal - Aigle botté - Aigle de Bonelli - Balbuzard pêcheur - Faucon crécerellette - Faucon crécerelle - Faucon kobez - Faucon émerillon - Faucon hobereau - Faucon d’Eléonore - Faucon lanier - Faucon sacre - Faucon gerfaut - Faucon pèlerin.
NOCTURNES :
Effraie des clochers - Petit-duc scops - Grand-duc d’Europe - Harfang des neiges - Chouette épervière - Chevêchette d’Europe - Chevêche d’Athéna - Chouette hulotte - Hibou moyen-duc - Hibou des marais - Chouette de Tengmalm.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau